Night sees trees of chalk grow

on the blackboards of condemned schools

words grip on to each branch

it's me pursuing the book of my birth                          

among the dilapidated rooms I take

balancing lessons in the constellation of thoughts     

I have learnt nothing from their handbooks

not even a phrase to contain me      

not even the secrets of appearance

nicknames follow me I repeat stories to myself

but I know nothing of the being for whom I pray in the debacle             

I am only an accent in the infinite language of the wind

come to blow the ashes of the dead

a sound distorted on the grain of doors

that I pass through without respite the better to lose myself

I encircle the invisible I cross-rule the silence

and so I live in the sketch bereft of a centre

the unconscious of the signs

Translated by Jan Owen

la nuit voit croître des arbres de craie

sur les tableaux d’écoles condamnées

sur chaque branche quelques mots s’étreignent

c’est moi qui poursuis le livre de ma genèse

parmi les salles délabrées je prends

des leçons d’équilibre dans la constellation de mes pensées

je n’ai rien appris de leurs manuels

pas même une phrase pour me contenir

pas même les secrets du paraître

des sobriquets me suivent je me répète des histoires

mais j’ignore tout de l’être pour qui je prie dans la débâcle

je ne suis qu’un accent dans la langue infinie du vent

venu souffler la cendre des morts

un son qui se déforme au fil des portes

que je franchis sans relâche pour m’égarer davantage

j’encercle l’invisible je quadrille le silence

ainsi vis-je dans l’esquisse privée de centre

l’inconscient des signes

Yekta