Touchscreen reality

by Linda Maria Baros


Touchscreen reality

We screamed, we rolled on the ground and we swore.

Between our tower blocks at the edge of town

                                    night’s pistons slowly rose.

            And we climbed in the trucks and we drank.

Like flags the girls unfurled along the streets.

                        We danced and we spat and we drank

                        until morning, until kilometre zero.

 

Then the hunters came and knocked

                                                at our door;

            they were angry that we didn’t awake.

They sharpened their beaks on the walls, weeping

            on dark corridors; and they loaded their guns,

                                                they masturbated.

 

Perhaps black rubber truncheons

                        lit our bruises from close up,

                        cleft our cheekbones,

                                    while we danced like savages.

                        Reality rose in our craw.

 

And then came those released from Intensive Care.

                                    But they didn’t recognise us.

They didn’t outstretch their hands, they no longer asked

                                                us for light

                                                through the touchscreen vitrines.

 

Perhaps the elite snipers who rotted on the rooftops.

They sharpened their bills

                                    on our glass ribs,

            they blew into our TB-patient tubes

            and slowly depressed night’s pistons.

 

But we, furled in flags, no longer recognised them.

 

 

                                                

Translated by Alistair Ian Blyth

Réalité touchscreen

Nous avons hurlé, nous avons pesté,

nous nous sommes roulés par terre.

Parmi nos hautes HLM de banlieue

                        se dressaient doucement les pistons de la nuit.

            Et nous sommes montés dans des camions

et nous avons bu.

Dans les rues, les filles se déployaient comme des drapeaux.

            Nous avons dansé et craché, nous avons bu

            jusqu’au matin, jusqu’au kilomètre zéro.

 

C’est là que sont venus les chasseurs et ont frappé

à notre porte ;

            nous ne nous réveillions pas, ils râlaient.

Ils ont aiguisé leur bec sur les murs ;

en pleurs, dans de sombres couloirs,

ils ont chargé leurs armes

et se sont masturbés.

 

Peut-être quelques bâtons noirs, en caoutchouc,

ont-ils éclairé, de près, nos contusions,

            ont-ils séparé nos pommettes,

                        lorsque nous dansions comme des sauvages.

La réalité nous est montée droit dans la gorge.

 

Et sont venus ceux qui étaient en Réanimation.

Mais ils ne nous ont pas reconnus.

Ils n’ont plus tendu la main, ne nous ont plus demandé

                        un peu de lumière

à travers les vitrines touchscreen.

 

Peut-être les tireurs d’élite qui pourrissaient sur les toits.

Ce sont eux qui ont aiguisé leur bec

sur nos côtes de verre, 

            qui ont soufflé dans nos drains de tuberculeux 

            et appuyé doucement sur les pistons de la nuit.

 

Et nous, enveloppés dans quelques drapeaux,

nous ne les avons plus reconnus.

 

Linda Maria Baros