The children put through the sieve

by Linda Maria Baros


The children put through the sieve

It’s for you, so you grow more slender and more beautiful

            and more upright,

            that I have cut my heart in two,

            like a lamb's hoof.

 

I stole and lied, I spat blood.

 

I washed dead bodies

and slept on plastic bags

            filled with waste from the trash,

            in streets which always kept

                        a knife at hand I slept,

among the scales of the old city beggars,

            who, in your honour, let their beards grow

down to their ankles

like the ancient Sumerians

off to hunt lions for their loved ones.

 

It’s for you that I got haunted

by the midnight yeggs,

it’s next to you that I wept when you clawed the earth

with your nails, like a horse with its eyes torn out,

I wept, like a suicidal woman,

as the train warmed up my legs.

 

I lived among the street children,

the glue-huffers, pale

as large stones cradled

by the nets of ether,

whirled by the sieve in the crusher,

in the drains.

 

It’s for you that I screamed at the crossroads, hoisted

– on some scraping, hoisted –

            into the pimps’ pitchforks.

I got myself robbed by burglars, by swindlers,

in the racket of spade-sized spoons

            clinking in mess tins.

 

I wandered through bars

that smelled of gas, of scorched chipset, of the network,

I rubbed against pyramids of vodka

and the hands of your great men

– as a cat might rub against the electricity handbook –,

they reddened my other cheek,

their fingers endlessly knocked on my rib

and they cut my heart in four,

laughing all the while, "because the halos of saints are thus made",

and they put me through the sieve

with your other children,

they put the gag of other words on me.

 

In your name, I hid, like a wretch,

in my pockets, among the rags,

the vigorous rats of treason.

I nourished, with my own flesh

            I nourished the jail’s pit bull.

I wept when you clawed the earth with your nails,

like horses with their eyes torn out.

 

Yes, it’s for you that I broke into this world

            like a wave of blood

that no longer finds its way to the heart.

Translated by Corey Miller and the author

Les enfants pass├ęs au tamis

C’est pour

toi, pour que tu sois plus grande et plus belle

            et plus droite,

            que je me suis coupé le cœur en deux,

            comme un sabot d’agneau.

 

J’ai volé et j’ai menti, j’ai craché du sang.

 

J’ai lavé des cadavres

et j’ai dormi sur des sacs plastique

            remplis de déchets trouvés dans les poubelles,

            dans des rues qui gardent toujours

un couteau à la main j’ai dormi,

            parmi les écailles des vieux mendiants de la ville,

                        qui, en ton honneur, se sont laissé pousser

la barbe jusqu’aux chevilles,

            comme les anciens Sumériens          

            partis chasser des lions pour leurs bien-aimées.

 

C’est pour toi que je me suis laissé hanter

par les cagous de minuit,

c’est auprès de toi que j’ai pleuré quand tu grattais la terre

avec les ongles, comme un cheval aux yeux arrachés,

j’ai pleuré, comme une suicidaire

dont le train réchauffe les jambes.

 

J’ai vécu parmi les enfants de la rue

qui inhalent de la colle, livides

comme quelques grosses pierres bercées

par les filets de l’éther,

            que le tamis fait tourner dans le concasseur,

dans les égouts.

 

C’est pour toi que j’ai hurlé à la croisée des chemins, hissée

– sur quelque raclage hissée –

dans les fourches des barbeaux.

Je me suis laissé voler par les casseurs, par les magouilleurs,

dans le vacarme des cuillères grandes comme des pelles,

                        qui tintaient dans les gamelles.

 

J’ai erré à travers les troquets

            qui sentaient le gaz, le chipset brûlé, le réseau,

je me suis frottée aux pyramides de vodka

            et aux mains de tes grands hommes

– comme un chat qui se frotte au manuel d’électricité –,

ils ont aussi empourpré mon autre joue,

                        sans cesse leurs doigts ont heurté ma côte

            et ils ont coupé mon cœur en quatre,

            en riant, « parce que les auras des saintes sont ainsi »,

et ils m’ont passée au tamis

            en même temps que tes autres enfants,

            ils m’ont mis le bâillon d’autres paroles.

 

En ton nom, j’ai caché, comme une ordure,

dans mes poches, parmi les hardes,

            les rats vigoureux de la trahison.

J’ai nourri, c’est avec ma chair

que j’ai nourri le pitbull du cachot.

J’ai pleuré, quand tu grattais la terre avec les ongles,

            tout comme les chevaux aux yeux arrachés.

 

Oui, c’est pour toi que je suis entrée en force dans ce monde

comme une vague de sang

qui ne retrouve plus son chemin vers le cœur.
 

Linda Maria Baros