Warm symphony of the last Mistral

the adieu of a train from the province

tears the silence

 

Under the skin

the abandoned homesickness for some yards

will be broken

 

One tries in vain

to live the postponements

to capture the moment

like these golden yellow leaves

which we frame

in our school notebooks.

 

And September

is already emerging

and the figs

everywhere through the tall grass

disintegrate among one another

the deed of childhood.

© François-Xavier Maigre

Symphonie tiède des dernières brises

l’adieu d’un train de province

déchire le silence

 

Sous peu

la nostalgie déserte des cours

sera rompue

 

On tentera vainement

d’habiter le sursis

d’emprisonner l’instant

comme ces feuilles mordorées

que l’on enchâsse

dans un cahier d’école

 

Mais déjà

septembre bat son rappel

et partout les figues

dans les herbes hautes

décomposent entre elles

l’oeuvre de l’enfance.

© François-Xavier Maigre, Dans la poigne du vent (Éditions Bruno Doucey, 2012)