All of these people that come and go

do not know they are in this poem

the laughter of the children that pass by

the clumsiness of the young couples

that discreet way of loitering of our old men

under the branches

nothing escapes

nothing disappears and everything is embodied

under the inevitable hammer of the poem

the synchrony of the masses

revealed down to the most insignificant thing

the harmony of a species uprooted from the oblivion

unification to the highest level

this useless power to deliver the words

of those who think they do not need them

to the present and the absent

to the circulations of the gray pigeons

all the way to the silence

of the stone angels.

© François-Xavier Maigre

Tous ces gens qui vont et viennent

ne savent pas qu’ils sont dans ce poème

le rire des enfants de passage

la maladresse des jeunes couples

cette façon discrète qu’ont nos anciens

de paresser sous les ramures

rien ne s’échappe

rien ne se perd et tout prend corps

sous la forge inextricable du poème

la synchronie des foules

révélée au plus insignifiant

l’harmonie de l’espèce arrachée à l’oubli

l’union à son degré le plus haut

ce pouvoir inutile de rendre les mots

à ceux qui croient ne plus en avoir besoin

aux présents et aux absents

au tournoiement des pigeons gris

et jusqu’au silence

des angelots de pierre.

© François-Xavier Maigre, Dans la poigne du vent (Éditions Bruno Doucey, 2012)