Eliza's breasts

by Alexis Bernaut


Eliza's breasts

You are sitting accross Eliza’s breasts
Like Li Bai in the Blue river you long to catch the moon’s reflection
and drink the reflection of both moons 
until you have made them one
And this one moon, at last
to hold it in your hands
***
This evening is now over for you
The moon lights Eliza’s face and nothing after her
Eliza – she’s wearing this midnight blue 
V-necked sweater
in as Victory, envy,
as in divesting her of her V-necked sweater
as in delving
In the abyss of this letter
at the bottom of this gorge runs a river you know
That river you let run, night after night
between the impetus and the moon
your desires and Eliza,
to give your desires an excuse ,
I suppose –
this river, they couldn’t cross it.
The moon tonight is full –just like you are
But this evening has grown weary of you
its hospitality – it stops right here
on the banks of the name Amur
***
Eliza the moon shines on her and shines no further
Your hands
a river a word
and a bar-room table set them
apart from her
breasts
***
This is the river of your drowned desire
It’s neither the Blue River, nor the River Amur
And a neon light, not the moon
reflects itself into it 
The Blue River 
the Amur
You had dreamt to live again at their confluence
But those rivers do not meet
Because he longed to catch the moon’s reflection in the Blue River
Li Bai, he drowned
indeed
But you
your mouth just gapes half-open 
at the edge of beauty

Les seins d’Éliza

Tu es assis en face des seins d’Éliza
 
Comme Li Bai dans le Fleuve Bleu tu voudrais prendre le reflet de la lune
de ces deux lunes boire
le reflet jusqu’à ce qu’elles ne soient qu’une
 
et cette lune enfin 
la tenir entre tes mains
***
Ce soir pour toi s’arrête là
 
Éliza la lune l’éclaire 
n’éclairera rien au-delà 
 
Elle a mis ce pull Éliza
bleu nuit à col en V
comme deviner V 
comme envie d’enlever
 
Dans l’abîme de cette lettre
dans cette gorge coule un fleuve que tu connais 
pour l’avoir toi-même fait couler, soir après soir 
entre l’élan et la lune
tes désirs et Éliza
pour leur donner excuse, sans doute :
ce fleuve, ils ne pouvaient le franchir
La lune ce soir s’y reflète pleine 
(ou est-ce toi-même, encore gorgé ?)
 
Mais ce soir pour de bon s’est lassé de toi  
son hospitalité s’arrête ici 
à la rive de l’Amour
***
Éliza la lune l’éclaire et rien au-delà d’elle
 
Tes mains 
Un fleuve un mot
la table d’un 
café les séparent de
ses seins
***
Ce fleuve-là, celui de tes désirs noyés
n’est pas le Fleuve Bleu, n’est pas le fleuve Amour
 
Et c’est un néon, pas la lune
qui s’y reflète
 
***
Le Fleuve Bleu 
l’Amour
 
T’étais-tu rêvé revivre à leur confluence ?
– ce sont des fleuves qui ne se rejoignent pas
 
Pour avoir voulu saisir le reflet de la lune dans le Fleuve Bleu
Li Bai, lui 
est mort noyé
Et toi ta lippe baille au bord de la beauté