Extract from La Ville

by Alexis Bernaut


Extract from La Ville

Night adorns every window
with a crucified man
And lights always lit 
behind his back, so that he cannot see them
Every window adorned with a crucified man 
who sees but a shadow in the courtyards and streets
His own shadow, diminishing
A shadow which no longer is the night
***
Night a consumed hymen
A trace of blood in a corner of the sky
The morning covers
the offered city
the morning opens
in the city’s open hand 
the remotest and darkest streets

The formidable morning
on one half of the world 
lays pianist hands

Extrait de La Ville

La nuit à chaque fenêtre
un crucifié.
La lumière qu’on allume
toujours dans son dos sans la lui laisser voir
À chaque fenêtre un crucifié qui ne voit 
qu’une ombre dans les cours et les rues
Son ombre qui réduit
Ombre qui n’est plus la nuit.
***
Nuit hymen consommé
Une trace de sang dans un recoin du ciel
Le matin couvre
la ville offerte
le matin ouvre
en la ville main ouverte les voies
les plus reculées
 
Le matin formidable
sur la moitié du monde pose ses mains de pianiste