Extract from (Reichelt) au matin suspendu

by Alexis Bernaut


Extract from (Reichelt) au matin suspendu

Every morning,
I climb the Eiffel Tower stairway
right behind you, François Reichelt, and your odd-looking backpack full of bats and bad omens
and fear, with every step, every morning, o hear
all that metal clang and sing


It is early yet, but each step you take draws you away
from the nascent morning.
As this is the end of sleep, and something will always occur
at the end of sleep, something must occur for newspapers to print stories,
stories of people’s lives and deaths,
people who climb these stairs, people who built these massive metal arches,
who climb these stairs with you, François Reichelt,

At the end of sleep, there is this last step,
the end of silence too, and

The first floor of the Eiffel Tower.


This is a fifty-seven meter fall; now the reel of silence chips off.
You hear friendly voices, and then other insistent 
unimportant voices;
photographers, journalists
they’re not responsible
They’re neither guilty
nor accomplices 
Ambassadors and scavengers, all of them
just step back and look, sticking to whatever they must

Voices at the end of sleep

And behind you, lo and behold!
All crowded up in a circle, families leaning out of their windows
in the Champ de Mars and worldwide 
All of them eager to be the first to read, over your shoulder,
the news in the evening newspaper 
where your fate, surely, will be told

Packed and eager arenas
Hyenas 

Hungry and restless, they fidget and so trample on the Earth’s balance that,
just like a baby belches
the orbit hiccoughs, and
you fall off.

Those photographers 
who shot you as you fell
they must have thought you were as good as dead 
when perhaps
you were never so alive

Borne of four cold metal thighs
falling in the heart of fear

Your heart stopped at the edge of the morning.

Extrait de (Reichelt) au matin suspendu

Tous les matins,
je monte après toi l’escalier de la tour Eiffel
et dans ton dos tout ton malheur
pompe la peur pas à pas, chaque matin,
chaque marche, qui d’autre encore l’entend
 
ce chant que psalmodie le métal.
Il est encore tôt et chaque marche t’éloigne
chaque marche t’en aliène de ce matin
qui point, car c’est le bout du sommeil
et c’est au bout du sommeil qu’il faut toujours 
qu’il arrive
quelque chose à imprimer,
quelque chose de la vie des gens
qui montent, frères, à tes côtés
qui montent avec
les arceaux de la tour, ses énormes structures 
boulonnées,
avec toi, chaque matin, François Reichelt,
 
tout au bout du sommeil, des marches,
 
du silence.
 
Le premier étage de la tour Eiffel.
 
Cinquante-sept mètres de vide, la pellicule
de silence s’écaille.
Voix amies et d’autres voix, pressantes, anecdotiques
des photographes, des journalistes, ni 
responsables ni coupables ni complices,
ambassadeurs ou charognards ils restent à l’écart
 
Au bout du silence ces voix.
 
Et derrière toi, je les vois 
en cercle, à leurs fenêtres massés en famille
leurs yeux fourmillent
du Champ-de-Mars et d’ailleurs bavant voyeurs 
penchés pour lire avant les autres
par-dessus ton épaule
la rubrique des faits divers dans le journal du soir
 
où ton destin peut-être paraîtra
 
Pleine, avide arène, hyènes
 
Penchées qui trépignent impatientes et pèsent
tant et si bien sur l’équilibre de la Terre
que,
 
comme rote un nouveau-né,
l’orbite hoquette
et tu tombes
 
et si ceux qui te photographient alors
croient saisir l’image d’un homme déjà mort
dans cette chute, dans cet énorme effroi,
peut-être n’as-tu jamais autant vécu
accouché de quatre cuisses de froid
 
au cœur de cet effroi
 
ton cœur s’est arrêté tout au bord du matin.