It's freezing, weasels

by Marie de Quatrebarbes


It's freezing, weasels

Petit un

 

Hello bluebeard, how could I say?
dady, mummy, uncle Johnny's on phone
but I think he thinks of me

 

Boule-de-suif is your mouth, and I take it far to mine
big mouth, eh!

 

You can drink it too, little endive
quench your thirst to the purse or the mouth
they're the same
it's a waste of time

Hello bluebeard, how could I say?
dady, mumy, uncle Johnny's on phone

 

We must cut our nails if we can
we must eat if we don't want to die
lay down through the road

 

Peuh, peuh, peuh, says the chinese girl, as deaf

Everything excites you
soap bubbles
pastry chief kneecaps
hands into clay
you lick the sofa once
is it really normal?
where's the thrill?
 

Your eyes square them off like skittles
turtle doves, they are two

 

And fallen loves?
and bad intentions?
we do not judge love to company
hands settle above the brazier
they rise on the sky, a broad and warm kiss
a scruff, a nest, brisk like a blade
we lay down and knock our limbs slowly
the rest is crack and rhythm
short-lived and yet
 

Rain is a waste
but pleasant on our little pink shoes
we invent stories for the youngest child
flood the world with wings
shuffled at the surface, and then?

 

Peuh peuh peuh

 

I say that cold that bites me, and then?

 

We brood our fall

we give a lecture into leaves

and when the sun rises, we punish him for singing

 

And then?

 

We like the smell as far

the powder wind that whips me up

light, we are not very sure

the wheel turns and quenches the thirst of the road

 

And then?

 

No way

we aren’t alone anymore

we hold void in open hands

one second, transparency scrubs the road

here we go, tomorrow

 

See you tomorrow
 

It’s a crystal that fills and reflects its glint constantly

dark crystal, whith you I never feigned

I always came

 

Little hunger, greediness, how could I know?

the baker’s wife offers me a towel and wipes the black coil

 

A very few turns me over

someday I laugh, and die the other

I know the biting of extreme temperatures

we must do before the desire of parents

the child has the key of the situation

he knows he comes from sperm and egg

It’s not time anymore to cry on broken glass

dribbling crystal doesn’t cry anymore

he was hungry

he was thirsty

he was not deceived

 

What can I do ? STOP writing
Fast and effective business writing

that’s how I exorcise my bullshit, do you understand?

 

That’s the sensation that writes itself on body

that’s the record you liked that turns into my head

 

He has the frailty of a baby, a flower

we transform ourselves by accident

light like a sigh into the shade of one

 

Laugh !
 

We must be a little bit light if we want to eat the living

a tiny little weary, in the shade of singing elm where the mantilla writes

the Picasso, the bier and little silver

 

Listen, listen

listen to the whispers

the hunger of the child and fear

he bursts his mother’s breast or breaks it

 

The man is waiting in the scratching grass

 

Listen, listen, listen

the sound of turning wind

in a stuffed circle

 

Listen, listen, listen

the sound of water laughs

it dresses my feet up

 

Oyez

 

Ah !

 

I fell into water

my lover catchs me

I pick his smile and plant it in the grass

it pinches the water, oh!

 

No more drops.

 

You are the spring

I’m the summer on your fair cheek

passenger one second of the sleeping book

and in this great love that rests

some I will ever love you.

 

 

Petit deux

 

So, tell me, what are you doing in the women’s bathroom ?

they taste and sound like it

 

Tell me what do you do with the pretty love that seeds

it’s raining softness like acid

some drag women through the sewers?

 

Fuck them.

 

Once upon a time, in the 1930’s, Valentine the hat beauty, the balloon beauty quickly rattled about over and over again, a small eel writing choruses, two three quatrains and one decassylable

 

Once upon a time, there was a little hat

not Valentine’s, dumbass

his twin brother’s, the Marquis de Sade

 

This is the story of a partridge, eating risotto

and all what’s left of the gruel

and when the liter of wine climbs up the curtains

she hangs on to the electrical wires, jumps in the water

it snowballs, drops in the clay and laughs high ha ha

 

Slowly, she comes to realize how lonely she is

and only then will you be able to

No.

 

In the silence of the consultation room, at her shrink, at the confessional

No.

When you know how much it costs

No.

 

The other one won’t betray my secrets. Then

it’s the question that frames the world in silence

No.

 

And far from making the conflicts worse, restore your happiness

your wife, your mistress, your children, all those who love you

small slender beaks

 

What’s the point in suffering from it? What’s the point in suffering from being seen?

I have no other desire but to succumb

 

Put your pride in the closet along with the shoes of the story

pin your quill in your neck and pierce your vein

if you can, bleed

and may it leave, on your flesh, a transparent stain.


Whispers.

 

That’s it, consultation’s over.

silence rushes our knees

runs and knocks itself

 

Time goes and collects the pieces

at the end of my newly begun life I’ll take the next turn

my hands are in a world that slowly goes out of sight

at last, taste the fruit that was forbidden to me

but my hiccup makes me sink into the dark

 

Alas!
 

We say things so that they would fall on open ears

we don’t need no messenger

 

Beware.

 

This is a contract, and if you break it you’ll only wrong yourself

desire transforms itself

 

She falls a little

alone in the haze of her brain

neons crackling

she lights up a smoke bomb

and vanishes with her pellet

 

It’s beautiful because it’s heartbreaking

it’s few because it’s heartbreaking.

 

 

[ ... ]

 

Petit six

 

I took a long time to burst through my ox shell

now it is nothing but bright yellow, running away

sowing discord in the vicinity

 

A trunk and large teeth, why not?

it’s funny because one time

rumor had it that it got kidnapped

 

There’s no other standard besides music

 

What happens next?

my eyes fill with tears

 

Ouch, ouch, the woodpigeon fell in the hole

and scratched its knees falling

 

Ouch ouch ouch

I almost broke my neck

 

She does not weigh anything

the pelvis opens up on the body

gets lost in the simmering laundry

hard. Pure. Salted. Spit.

you must be ready to pay the price

 

Your account’s balance

differently noble

plausible houses

immediate pleasures

she plays her shadow

are those of the flesh, and that’s it

 

Our love must be so light, a seagull, a baby

what verses were made to be engraved in marble?

 

Life, like weeks, puts pearls on a thread, we’re back to Monday

we don’t give a plum about the gold medalled hen

I’m not the only one who’s got the gift of the gab

it’s modern mysticism like my grandma says

it goes swiftly and sows

butterflies on its necklace

just picking from the branches

 

This is not a transaction

you can’t push up the bidding

 

And if I faint, if I fall

still whole, incomplete

who will piss on our head and laugh at us?

 

This fire, it burns my thoughts

it makes little stashes of flour

an unfinished horse ride

there you dip your wet finger

to make it coagulate

 

In the park, at church, in the restaurant and in bed, in the park, at church, in the restaurant and in bed, in the park, at church, in the restaurant and in bed, in the park, at church, in restaurant and in bed, in the park, at church, in restaurant and in bed, etc.

 

I photosynthesize in the little boys’ garden

in the shadow of hams and fat flowering thighs

the porcelain wholesaler

I’m willing to postpone

 

I surrender, learn to be brave

you already know about the juice

don’t walk too fast

take all the time you’ll need

from the links that surround me and protect me,

 

I photosynthesize naturally

that’s an often omitted fact

I am a German mastiff when someone takes me

and those that hold on to my thoughts

such gestures should not even exist

I piss from up high lest I’d get my ass dirty

 

I photosynthesize like crazy

but here is my house

when the dead make space around

I record the words of every one of you

 

I am the machine

 

Love : one

there’s the sixth floor for the dog

and it’s trouble for everyone

the supplier price for toilets is 4 to 600 euros

I want things to be really clear between us

I don’t say anything, I say everything.

 

 

Petit sept

 

I went up to the sixth floor

I passed by the child scooter, the spider asks again

there’s a hallway on the right, a partly open door

I pushed it

 

The first door has a white handle

you can get in without trouble, it’s the toilets

not sparkling clean yet quite tidy

there’s a small window, someone is hanging out his laundry

the neighbor opens his door

 

Before I left, I was careful to put everything back in place

not too much noise, except that of the lock

 

As far as the model is concerned, you can buy a new one at the mall, not as nice or not as expensive, he would like that better, but it should not suck either. It has to work

 

Until the question dissolves itself

and leaves room for necessity

 

Thinking by you gets me exhausted

 

I photosynthesize the connection

I make vague analogies

I swim out, with my four arms, to flee

love makes us vague

 

I hold on to your image until the colors bleed

it’s not very romantic

the machine bleeds

love is not other stories

sensations and then the hole around the dark

 

There aren’t any other stories but this one, no other stories but this

that’s it, love makes you glitter

 

How do you live free with weasels?

How do you live after a suicide?

How do you live?

How do you live a “normal” relationship?

How do you live in the moment?

How do you live in the United States?

How do you live doing Forex?

How do you live when your license got revoked?

How do you live with your prostate?

How do you live retired in Canada?

How do you live without the love of your life?

(Young couple) How do you live together?

How do you live in France?

Bankrupcy file : How do you live here? 

Translation by Benoît Berthelier

Ça caille, les belettes

(Extrait de La vie moins une minute)

 

Petit un.

 

Bonjour barbe bleue, comment vous dire ?

papa, maman, c’est papy Jeannot au téléphone

mais je pense qu’il pense à moi

 

Boule de suif est ta gueule et je l’emmène loin dans la mienne

Grande gueule, hein !

 

Tu peux aller y boire, petite endive

étanche ta soif au goulot de la bourse ou la gueule

vous êtes pareil

c’est peine perdue

 

Bonjour barbe bleue, comment vous dire?

papa, maman, c’est papy Jeannot au téléphone

 

Il faut se couper les ongles, si on peut

il faut manger si on ne veut pas finir crevée

allongée en travers de la route

 

Peuh peuh peuh, dit la chinoise comme sourde

 

Tout t’excite

les bulles de savon

les rotules du pâtissier

les mains dans la glaise

une fois même, tu lèches le canapé

Est-ce normal ?

où est le frisson ?

 

Tes yeux s’équarissent comme des quilles

des tourterelles, elles sont deux

 

Et les amours déchues ?

et les mauvaises intentions ?

les mains se posent au dessus du brasier

elles se lèvent sur le ciel, un baiser vaste et chaud

une nuque, un nid, vif comme un couperet

on s’allonge et on se fracasse lentement les membres

le reste n’est que claquements et rythmes

éphémères et pourtant

 

La pluie c’est du gâchis

mais agréable sur nos souliers

on invente des histoires pour les derniers petits

on inonde le monde avec des ailes

rabattues à la surface, et après ?

 

Peu peuh peuh

 

Je dis ce froid qui me mord, et après ?

 

On couve sa perte

on fait la morale entre les feuilles

et lorsque le soleil se lève, on le punit de chanter

 

Et après ?

 

On aime jusqu’à l’odeur

le vent de poudre qui, dans sa fadeur, nous soulève

légers, on n’est plus vraiment sûr

la roue tourne et avance qui abreuve la route

 

Et après?

 

Pas question

on n’est plus vraiment seul

on tient le vide dans les mains pleines

une seconde, la transparence brique la route

on y va, c’est demain

 

À demain

 

C’est un cristal qui peuple et renvoie sans cesse son image

sombre cristal

avec toi je n’ai jamais simulé

j’ai toujours joui

 

Petite faim, gourmandise, comment savoir ?

la boulangère me tend une serviette et essuie la torsade noire

 

Un rien me retourne

un jour je ris, l’autre je meurs

je connais le mordant des températures extrêmes

il faut faire avant le désir des parents

l’enfant a la clé de la situation

il sait qu’il vient du sperme et de l’ovule

 

Il n’est plus temps de pleurer sur les débris

mon destin suspendu aux herbes

c’est elles qui dessinent la couleur à mesure

 

Le cristal qui bave ne pleure plus

il a eu faim

il a eu soif

il n’a pas été déçu

 

What can I do? STOP writing

fast and effective business writing

c’est comme ça que j’exorcise mes conneries, tu comprends ?

 

C’est la sensation qui s’écrit sur les morceaux du corps

c’est le disque que tu aimais et qui tourne dans ma tête

 

Il a la fragilité d’un bébé, d’une fleur

on se transforme sans le vouloir

léger comme un soupir à l’ombre du grand tout

 

Rires !

 

Il faut être un tout petit peu léger pour manger les vivants

un tout petit peu las, à l’ombre de l’orme chantant où s’écrit la mantille

le Picasso, la bière et le petit argent

 

Écoute, écoute

écoute les soupirs

de l’enfant qui a faim, de l’enfant qui a peur

il crève le sein de sa mère ou le brise

 

C’est l’homme qui attend dans le griffant des herbes

 

Écoute, écoute, écoute

le bruit du vent qui tourne

en rond dans son grand lest

 

Écoute, écoute

le bruit de l’eau rigole

ça m’habille les pieds

Oyez

 

Ah !

 

Je suis tombée à l’eau

mon amant me rattrape

je cueille son sourire et le plante dans l’herbe

ça siffle l’eau, oh !

 

Plus une goutte

 

Tu es le printemps

je suis l’été sur ta joue claire

passagère du livre qui s’endort

et dans ce grand amour qui repose

des je t’aimerai toujours.

 

 

Petit deux.

 

Dites-moi donc que faites-vous dans les toilettes des femmes ?

elles en ont le bruit et le goût

dites-moi que faites-vous

du bel amour qui graine ?

il pleut du mou comme l’acide

y en a qui passe les femmes par les égouts ?

 

On les encule.

 

Il était une fois dans les années 1930, Valentine belle à chapeau

belle à baudruche et vite serinée, une petite anguille

qui fait des refrains deux ou trois quatrains, un décasyllabe

 

Il était une fois un petit chapeau

pas celui de Valentine, idiot

mais de son frère jumeau

le marquis de Sade

 

C’est l’histoire de la perdrix qui mange le risotto

et tout le reste du gruau

et quand le litre de vin monte aux rideaux

elle se pend aux fils électriques

ça fait boule de neige, elle tombe dans la piscine

 

Lentement, elle prend conscience de sa solitude

alors seulement tu pourras

Non.

 

Dans le silence de la salle de consultation, chez le psy, à confesse

Non.

 

Lorsque l’on sait le prix que ça coûte

Non.

 

L’autre ne trahira pas mes secrets. Alors

c’est la question qui trame le monde en sourdine

Non.

 

Et loin de creuser les rivalités, reconstitue ton bonheur

ta femme, ton amante, tes enfants, tous ceux qui t’aiment

petits becs graciles

 

À quoi bon en souffrir ? À quoi bon souffrir d’être regardé ?

on n’a pas d’autre désir que succomber

 

Range ta fierté au placard avec les souliers de l’histoire

plante ta plume dans ton cou et perce toi la veine

si tu peux, saigne

qu’elle laisse sur ta chair une trace

 

Murmures…

 

Ça y est, c’est fini la consultation

le silence brusque nos genoux

court et se heurte

 

C’est le temps qui avance et amasse les morceaux

dans le bout de ma vie qui commence, je coupe à la prochaine

j’ai les mains dans le monde que je perds de vue

goûte enfin le fruit qui m’était défendu

mais mes hoquets me sombrent

 

Hélas !

 

On dit les choses pour qu’elles tombent dans une oreille

on n’a pas besoin de messager

 

Attention.

 

C’est un contrat, et si on le rompt on ne lèse que soi

transformation du désir

 

Elle tombe un peu

toute seule dans la brume de son cerveau

les néons grésillent

elle allume la poudre d’escampette

et s’escamote la boulette

 

C’est beau parce que c’est déchirant

c’est peu parce que c’est déchirant.

 

[ ... ]

 

Petit six.

 

J’ai mis longtemps à éclater ma croûte de boeuf

maintenant du jaune éclatant, elle détale

sème la zizanie dans l’entourage

 

Une trompe et de très grandes dents, pourquoi pas ?

c’est marrant parce qu’à un moment

courrait le bruit qu’on l’avait enlevé

 

Il n’y a pas de critère autre que la musique

 

What happens next?

mes yeux se remplissent de larmes.

 

Aïe aïe aïe, la palombe est tombée dans le trou

et en tombant, elle s’écorche les genoux.

 

Aïe aïe aïe aïe aïe

j’ai failli me casser le cou

 

Elle ne pèse presque rien

le bassin s’entrouvre sur le corps

se perd dans la lessive frémissante. Dure. Pure. Salée. Salive.

il faut être prêt à en payer le prix

 

Solde de ton compte

différence de noblesse

de plausibles maisons

des plaisirs immédiats

elle joue son ombre

sont ceux de la chair et c’est tout

 

Il faut que notre amour soit si léger, une mouette, un bébé

quels mots sont faits pour être gravés dans le marbre ?

 

La vie enfile des perles comme la semaine, on revient au lundi

la poule médaillée d’or, qu’est-ce qu’on s’en fichotte

suis pas la seule à l’avoir bien pendue

c’est la mystique moderne comme dit ma grand-mère

qui va leste et égraine

sur son collier, des papillons

seulement cueillis aux branches

 

L’amour n’est pas une transaction

on ne fait pas monter les enchères

 

Et si je défaille si je tombe

encore intacte

seule en mon monde

qui nous pissera sur la tête et rigolera de nous ?

 

Cette ardeur, ça brûle les pensées

ça fait des petits tas de farine

chevauchement inachevé

on y plonge le doigt mouillé

pour que ça coagule

 

Au parc, à l’église, au restaurant et au pieu, au parc, à l’église, au restaurant et au pieu, au parc, à l’église, au restaurant et au pieu, au parc, à l’église, au restaurant et au pieu, au parc, à l’église, au restaurant et au pieu etc., etc.

 

Je photo-synthétise dans le jardin des petits garçons

à l’ombre des jambons et des grosses cuisses en fleur

le grossiste en faïence

j’admets la partie remise

 

Je récapitule, apprends la bravoure

tu es au courant pour le jus

presse pas trop le pas

prends le temps qu’il faut

des liens qui nous entourent et protègent

 

Je photo-synthétise naturellement

on oublie souvent de le dire

je suis un dogue allemand quand on me prend

et ceux qui s’attachent

des gestes comme il ne faudrait pas qu’il y en ait

je pisse de haut parce que j’ai peur de me salir les fesses

 

Je photo-synthétise à foison

mais c’est là ma maison

quand les morts font du vide autour

j’enregistre les paroles

 

C’est moi la machine.

 

L’amour : un

il y a le sixième pour le chien

et pour tout le monde c’est la galère

les toilettes chez le fournisseur, entre 4 et 600 euros

je veux que les choses soient claires

je te dis rien, je te dis tout.

 

 

Petit sept.

 

Je suis montée jusqu’au sixième étage

j’ai croisé la trottinette de l’araignée

il y a un couloir sur la droite, une porte de entrouverte

je l’ai poussée

 

La première poignée blanche

on y rentre sans problème, ce sont les chiottes

pas rutilantes mais plutôt propres

il y a une petite fenêtre, quelqu’un sort son linge

le voisin ouvre la porte.

 

Avant de sortir, j’ai veillé à tout remettre en ordre

pas trop de bruit sinon celui du verrou

 

Au niveau du modèle si vous pouvez acheter un moins beau ou un moins cher au BHV, il préfère, mais il ne faut pas non plus qu’il soit nul. Il faut qu’il fonctionne

 

Jusqu’à ce que la question se dissolve d’elle-même et laisse place à

une nécessité

 

Penser par toi m’épuise

à quand le mirage ?

 

Je photo-synthétise le rapport

je fais des rapprochements vagues

sors à la nage, à quatre bras pour fuir

l’amour rend vague.

 

Je m’accroche à l’image jusqu’à ce qu’elle déteigne

ce n’est pas très romantique

la machine saigne

l’amour n’est pas d’autres histoires

des sensations et puis le trou autour du noir

 

Il n’y a pas d’autre histoire que celle-là, pas d’autre histoire que ça

 

C’est ça, l’amour rend brillant

 

Comment faire pour vivre libre avec des belettes ?

Comment faire pour vivre après un suicide ?

Comment faire pour vivre ?

Comment faire pour vivre une relation « normale » ?

Comment faire pour vivre le moment présent ?

Comment faire pour vivre aux États-Unis ?

Comment faire pour vivre du forex ?

Comment faire pour vivre avec une annulation de permis ?

Comment faire pour vivre avec sa prostate ?

Comment faire pour vivre sa retraite au Canada ?

Comment faire pour vivre sans l’amour de sa vie ?

(Jeune couple) comment faire pour vivre à deux ?

Comment dois-je faire pour vivre en France ?

Dossier de surendettement : Comment faire pour vivre ici ?